+41 21 966 81 81

Mes conseils

Sans doute, le plus célèbre des chirurgiens plasticiens de tout le temps, le brésilien Ivo Pittanguy, avait l’habitude de s’enthousiasmer pour la courbe qui descend du sein à la hanche, « marque de la féminité qui mène à l’infini ».

Plus que les formes anatomiques auxquelles cette image renvoie, il s’agit d’un parfait éloge de la féminité. Le sein, les hanches, le visage, ce sont les piliers de cette quête esthétique qui recherche la beauté dans le naturel.

Aussi fascinante qu’elle soit, la chirurgie esthétique se doit d’être pratiquée avec raison et rigueur.

Aussi exaltante que soient les attentes d’une patiente à l’issue de son opération, il est impératif de garder la raison, et de se rappeler qu’il n’y a pas d’intervention chirurgicale sans risque.

Aussi passionnant que ce soit pour le chirurgien de renouveler et d’améliorer sans cesse les gestes qui dévoileront la beauté d’un corps, il lui est primordial de conserver la plus grande prudence, même pour les gestes les plus anodins. Notre plus grand ennemi n’est pas l’aléa des suites post-opératoires, lié à la grande variabilité des réactions humaines. Notre plus grand ennemi n’est pas non plus une éventuelle technique chirurgicale imparfaite, ou moins bien maîtrisée, car celle-ci est perfectible, au prix d’études, de répétitions, d’entraînements, de partages de connaissance entre pairs.

Il me semble, que le plus difficile moment dans le processus de préparation d’un geste chirurgical, est celui de son indication. Il s’agit de savoir, et choisir en fonction de chaque situation singulière, car chaque patiente est unique, quelle est l’intervention la plus appropriée pour approcher ses attentes. Si nécessaire, il faut savoir lui expliquer pourquoi celles-ci sont déraisonnables, et conseiller la prudence, afin d’éviter des prises de risques injustifiées. Ne pas se laisser entraîner par l’euphorie d’attentes déraisonnables, voici le combat de tout chirurgien.

Le plus difficile est de conserver une analyse lucide pour les objectifs à atteindre, et de bien peser le bénéfices attendus d’une opération, en rapport avec les risques potentiels de celle-ci.

Ce n’est pas une approche originale, ce n’est même pas nouvelle. Cependant, j’ai tenu a la faire mienne. Car, …

… sans doute, le plus célèbre des médecins de tous les temps, Hippocrate, nous a légué, lui aussi, son fameux « primum non nocere ».

Entre ces deux repères fondamentaux, une existence chirurgicale passionnante, au service de mes patients.

 

 

Docteur Vlad NEGULESCU,

Montreux, janvier 2017

Mes conseils

Sans doute, le plus célèbre des chirurgiens plasticiens de tout le temps, le brésilien Ivo Pittanguy, avait l’habitude de s’enthousiasmer pour la courbe qui descend du sein à la hanche, « marque de la féminité qui mène à l’infini ».

Plus que les formes anatomiques auxquelles cette image renvoie, il s’agit d’un parfait éloge de la féminité. Le sein, les hanches, le visage, ce sont les piliers de cette quête esthétique qui recherche la beauté dans le naturel.

Aussi fascinante qu’elle soit, la chirurgie esthétique se doit d’être pratiquée avec raison et rigueur.

Aussi exaltante que soient les attentes d’une patiente à l’issue de son opération, il est impératif de garder la raison, et de se rappeler qu’il n’y a pas d’intervention chirurgicale sans risque.

Aussi passionnant que ce soit pour le chirurgien de renouveler et d’améliorer sans cesse les gestes qui dévoileront la beauté d’un corps, il lui est primordial de conserver la plus grande prudence, même pour les gestes les plus anodins. Notre plus grand ennemi n’est pas l’aléa des suites post-opératoires, lié à la grande variabilité des réactions humaines. Notre plus grand ennemi n’est pas non plus une éventuelle technique chirurgicale imparfaite, ou moins bien maîtrisée, car celle-ci est perfectible, au prix d’études, de répétitions, d’entraînements, de partages de connaissance entre pairs.

Il me semble, que le plus difficile moment dans le processus de préparation d’un geste chirurgical, est celui de son indication. Il s’agit de savoir, et choisir en fonction de chaque situation singulière, car chaque patiente est unique, quelle est l’intervention la plus appropriée pour approcher ses attentes. Si nécessaire, il faut savoir lui expliquer pourquoi celles-ci sont déraisonnables, et conseiller la prudence, afin d’éviter des prises de risques injustifiées. Ne pas se laisser entraîner par l’euphorie d’attentes déraisonnables, voici le combat de tout chirurgien.

Le plus difficile est de conserver une analyse lucide pour les objectifs à atteindre, et de bien peser le bénéfices attendus d’une opération, en rapport avec les risques potentiels de celle-ci.

Ce n’est pas une approche originale, ce n’est même pas nouvelle. Cependant, j’ai tenu a la faire mienne. Car, …

… sans doute, le plus célèbre des médecins de tous les temps, Hippocrate, nous a légué, lui aussi, son fameux « primum non nocere ».

Entre ces deux repères fondamentaux, une existence chirurgicale passionnante, au service de mes patients.

 

 

Docteur Vlad NEGULESCU,

Montreux, janvier 2017